Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Où sont les hommes sur la terre ? 6e - 2010

29 Avril 2010 , Rédigé par histege Publié dans #Cours de base

OÙ SONT LES HOMMES SUR LA TERRE ?

 

 

Chap 13 p 194-209 et chap 14 p 210-230

 

I.                  L'EXPLOSION DEMOGRAPHIQUE

 

démographie : étude de la population.

 

Un site essentiel, à visiter : INED.

 

La Terre compte 6.9 milliards d’habitants. La population augmente rapidement : 2 personnes supplémentaires par seconde et 75 millions par an (le nombre des personnes qui naissent est plus élevé que le nombre de celles qui meurent). On prévoit par la suite un ralentissement de cette croissance.

 

Pendant longtemps, les hommes sont peu nombreux et la population n’augmente presque pas. Jusque vers 1800, le nombre de naissances et le nombre des décès étaient élevés, mais s’annulaient : sur 6 naissances, 2 parvenaient à l’âge adulte.

 

La situation change vers 1800 et au XXe siècle, la population augmente de manière vertigineuse (6 milliards de plus) : on parle d’explosion démographique. Depuis 1950, la population mondiale a plus que doublé.

 

-         taux de natalité : nombre de naissances pour 1000 habitants en un an

-          taux de mortalité : nombre de décès pour 1000 habitants en un an. Moyenne mondiale : 9 ‰. Il est peu élevé car les hommes bénéficient de progrès : augmentation de la production agricole (moins de famine et de malnutrition), médecine, confort, hygiène, niveau de vie… et la population est plutôt jeune.

-          taux de fécondité : nombre moyen d’enfants par femme en âge de procréer. Moyenne mondiale : 2.5. Ce chiffre dépend de l’âge au mariage, de l’allaitement et de la limitation volontaire des naissances. Remarque : une femme peut avoir des enfants de 12 à 50 ans en moyenne.

-         taux de croissance naturelle : différence entre le taux de natalité et le taux de mortalité

-         solde migratoire : différence entre le nombre des émigrés (« sortants ») et le nombre des immigrés (« entrants ») pour un territoire considéré.

 

 

II.                DES VIDES… OU « DESERTS HUMAINS »

 

Comment représente-t-on la répartition des hommes sur la terre ?

 

La carte par points :

Répartition de la population mondiale couleur

 Un point rouge représente 500 000 personnes.

 

La carte des densités :

 

densité = nombre d’habitants au km².

 

Elle se calcule ainsi :

d = p / s

d = densité ; p = population ; s = superficie.

 

Exemples :

- Densité mondiale moyenne : 6 900 000 000 hab / 149 000 000 km² = 49 hab/km².

- Pour la France : 62 600 000 hab / 551 000 km² = 113.5 hab/km². La France est en moyenne au moins deux fois plus dense que le monde.

 

     <script src="http://player.ooyala.com/player.js?embedCode=1seWNnNzodHIPKhdgXbBm81OaxyU6fqK&height=294&deepLinkEmbedCode=1seWNnNzodHIPKhdgXbBm81OaxyU6fqK&video_pcode=RmaW46gJFdYKU8XJ90pKJneIbVdG&width=494"></script>

 

Une autre manière de voir la répartition des hommes : la quantité de lumière visible et de lumière infrarouge dégagée par les activités humaines. Elle reflète les densités, mais avec un correctif de taille : les pays et les métropoles riches consomment beaucoup plus d'énergie que les autres.

 

Quelles sont les régions les moins peuplées ?

-         au Nord : Grand Nord Canadien, Groenland, Arctique, Sibérie, Asie centrale et Ouest des États-Unis

-         entre les tropiques : Amazonie, Sahara, Congo, Arabie et Océanie

-         au Sud : Antarctique.

 

Milieux bio-climatiques - Noémie

Les milieux bio-climatiques (ou naturels) varient de manière zonale :

-         plus on va vers les pôles, plus il fait froid

-         plus on va vers l’équateur, plus il fait chaud

-         l’humidité est faible sur les tropiques et plus élevée ailleurs. 

 

 

 

Pourquoi des régions moins peuplées ? Il y a des contraintes naturelles fortes : handicaps pour l’installation des hommes.

-         au Nord et au Sud : le froid

-         entre les tropiques :

o       la sécheresse (chaleur excessive) : manque d’eau

o       l’humidité au niveau de l’équateur : forêt dense d’Amazonie, d’Afrique centrale et de l’Asie du Sud-Est.

- l’altitude : montagnes (Himalaya, Tibet). La déclivité du sol, le froid et la raréfaction de l’oxygène conjuguent leurs effets négatifs.

montagne ancienne - Florise Une montagne ancienne

 

montagne jeune - FloriseUne montagne jeune 

 

Le nombre des hommes est faible : on parle de « déserts humains ».

Les hommes sont souvent nomades (avec pour habitat la tente ou l’igloo) et vivent de chasse, de pêche et de cueillette, ou encore d’élevage : c’est le cas des Inuits, des Mongols et des Touaregs. Ce mode de vie, général dans la préhistoire, est aujourd’hui à l’état résiduel.

 

III.             … ET DES PLEINS OU FOYERS DE POPULATION

 

Foyers et déserts humains dans le monde Déserts humains et foyers de population dans le monde

 

 

Une grande partie des hommes se regroupe dans des foyers de peuplement :

-         trois majeurs : foyer chinois (1.5 milliard d’hab.), foyer indien (1.2 milliard) et foyer européen (0.7 milliard).

-         des foyers secondaires : foyer indonésien (Asie), foyer guinéen (Afrique), nord-est de l’Amérique du Nord et sud-est de l’Amérique du Sud.

 

Grandes formes de relief - Noémie 

 

plaine - Florise

La plaine

 

plateau - Florise

Le plateau 

 

Les zones de forte densité correspondent souvent à des plaines, des plateaux, des vallées de fleuves, aux bordures de lacs et surtout aux littoraux : 60 % des hommes vivent sur les littoraux. La richesse des sols et la présence de l’eau conjuguent leurs effets favorables.

 

Les zones de forte densité correspondent en particulier à certains d'entre eux :

-         tempéré : Europe, Nord-Est des États-Unis, Nord de la Chine

-         une partie du milieu tropical et du milieu équatorial : Chine, Inde, Nord-Est de l’Amérique du Sud, Golfe de Guinée.

 

Dans les foyers chinois, indien et indonésien, les fortes densités s’expliquent en partie par la mousson : au niveau de l’équateur, l’eau s’évapore à la surface de l’océan et forme des masses nuageuses. Les alizés (vents) emportent ces masses d’air chargées d’humidité vers le Nord, où elles se précipitent sous forme de pluies diluviennes (très abondantes). La chaleur, le soleil, la terre fertile et la forte humidité permettent jusqu’à trois récoltes de riz par an, dans des rizières (champs inondés). Depuis l’Antiquité, cela a permis de nourrir un grand nombre d’hommes.

 

IV.            LA REPARTITION DE LA POPULATION MONDIALE EVOLUE

 

Les régions les plus peuplées correspondent en grande partie avec les foyers d’invention de l’agriculture (Croissant fertile, Chine, Sahel, Amérique centrale et Amérique du Sud), il y a plusieurs milliers d’années.

 

À partir de 1740, l’agriculture fait des progrès en Europe et favorise l’augmentation de la population.

 

L’invention de l’industrie moderne crée de nouvelles concentrations de population en Europe et en Amérique du Nord entre 1760 et 1960.

 

À partir de 1950, la population de l’Asie, de l’Amérique latine et de l’Afrique augmente considérablement.

 Flux migratoires

 

Les flux sont, ici, des déplacements de population.

 

La répartition de la population continue d’évoluer aujourd’hui, mais à des vitesses différentes, en fonction de la croissance démographique :

-         la population d’une grande partie de l’Afrique augmente fortement : la natalité reste forte alors que la mortalité est en baisse. La femme a en moyenne 5 à 6 enfants. On parle de population « jeune », car le nombre des jeunes atteint parfois la moitié de la population totale. Les contraceptifs sont peu utilisés.

-         la population augmente assez rapidement en Amérique latine, dans quelques États d’Asie (Inde…) et en Australie.

-         la population stagne ou augmente lentement en Europe de l’Ouest, en Amérique du Nord et parfois en Asie (Chine). Natalité et mortalité sont peu élevées. La femme travaille et a en moyenne deux à trois enfants.

-        la population diminue en Allemagne, en Europe de l’Est, en Russie et au Japon. Les hommes veulent moins d’enfants pour mieux s’en occuper (avec l’idée que l’enfant a un « coût économique » élevé) et avoir du temps libre pour eux-mêmes (hédonisme). La femme a en moyenne un ou deux enfants. La part des personnes âgées augmente : on parle de « vieillissement » (terme mal choisi car il a une connotation négative) de la population.

 

Les migrations modifient également la répartition de la population :

-         les régions de départ : Asie du Sud et du Sud-Est, Amérique centrale et le Nord-Ouest de l’Amérique du Sud, le Golfe de Guinée, l’Afrique du Nord et l’Europe de l’Est

-         les régions d’arrivée : Amérique du Nord, Europe de l’Ouest et l’Arabie.

Pourquoi ? Ces déplacements s’expliquent par :

-         des raisons économiques : recherche de meilleurs revenus (travail)

-         parfois des raisons politiques (conflits).

-          par la recherche d’un meilleur cadre de travail : « fuite des cerveaux ».

 

Remarques :

-          l’émigration européenne a ainsi contribué à peupler le Nord de l’Asie, l’Amérique, l’Afrique du Sud et l’Océanie.

-          les États riches interdisent (en général) l’arrivée d’hommes venant des États pauvres.

 

V.               LE FAIT URBAIN DEVIENT DOMINANT

 

Revoir l’étude de cas sur le pays de Nyons, à la fois campagne et ville.

 

Le mode de vie sédentaire est désormais très largement dominant, avec deux types d’habitat :

-         rural : habitat isolé, hameaux et villages. C’est la campagne. La moitié des hommes vivent à la campagne. La densité est assez faible. L’activité principale est l’élevage et l’agriculture.

-         urbain : villes. La moitié des hommes vivent en ville. Ils atteignent 80 % dans les États riches. La densité est très élevée.

 

part des urbains 1950-2030

   Les hommes vivent de plus en plus dans les villes, car l’urbanisation (transformation de la campagne en ville) progresse pour deux raisons :

o       surtout par l’exode rural dans les États pauvres : les paysans quittent la campagne pour s’installer en ville dans l’espoir de trouver de meilleurs revenus.

o       par l’extension des villes dans les États riches. Le mode de vie urbain est parfois implanté à la campagne sous la forme de la rurbanisation (installation de citadins à la campagne).

 

Les villes existent à plusieurs échelles :

-         villes petites (Nyons) et moyennes (Valence)

 

Grandes métropoles

 

-         métropoles : grandes villes qui dirigent une région (Lyon). Celles qui ont plus de 10 millions d’habitants sont appelées mégapoles (Paris, New York, Mumbay). La majorité d’entre elles se trouve en Asie.

-         regroupements de plusieurs villes : conurbations ; les plus grandes sont appelées mégalopoles (plusieurs dizaines de millions d’habitants).

Les activités principales urbaines sont l’industrie et surtout les services.

 

VI.            UNE RICHESSE MAL PARTAGEE

 

Les hommes ne sont pas unis politiquement. Ils sont organisés en un grand nombre d’entités politiques, appelées États (délimités par des frontières), au nombre de 200 environ et de taille très inégale : certains sont minuscules (Luxembourg) et d’autres gigantesques (Russie). Certains ont une population totale réduite (San Marin), d’autres sont très fortement peuplés (Chine : 1.3 milliards d’habitants). Certains ont une densité très faible (Canada) et d’autres très élevée (Japon).

La population mondiale - 2005 - anamorphose

 

 Carte par anamorphose : la population totale de chaque Etat

est schématisée et déformée en fonction de son importance.

 

IDH 2005 source PNUD

 

L'IDH mesure le niveau de développement d'un Etat : plus il est proche de 1 (bleu)

plus celui-ci est riche, plus il est proche de 0 (rouge), plus il est pauvre.

 

01-02 pib hab QT 2004

 

 Le PIB mesure la richesse totale produite à l'intérieur d'un

Etat et s'exprime par une moyenne par habitant ou par Etat.

 

Mais, la grande différence entre les États est la richesse. Les écarts sont très grands :

-         les États riches : Amérique du Nord, Europe de l’Ouest, Océanie, Japon et Corée du Sud et quelques États d’Arabie. La plupart se trouvent dans l’hémisphère Nord.

-         les États de richesse moyenne (ou moyennement pauvres) : Amérique latine, Europe de l’Est, Nord de l’Asie, Chine et quelques États d’Afrique. Parmi eux, il y a des pays émergents, dont la richesse se développe (Chine, Inde, Brésil, Argentine…).

-         les États pauvres : la plus grande partie de l’Afrique, l’Asie du Sud et du Sud-Est et quelques États d’Amérique latine. La plupart se trouvent dans l’hémisphère Sud.

 

20 % des habitants possèdent 80 % de la richesse mondiale.

 

 

Remarques :

- il y a des riches dans les Etats pauvres

- il y a des pauvres dans les Etats riches.

- les écarts de richesse entraînent des déplacements de population, des États pauvres vers les États riches.

 

Conclusion

 

         La population est inégalement répartie. De même, les inégalités sont fortes dans tous les domaines. La diversité est le maître mot, avec un grand nombre de peuples, de langues, de religions et de cultures. Mais de grands ensembles se dégagent, par leur nombre d’habitants et leur influence :

1)     les grandes religions :

o       animisme (esprits qui gouvernent la nature) : Arctique, Sibérie, Afrique noire, Amérique

o       polythéisme (croyance en l’existence de plusieurs dieux) : hindouisme en Inde …

o       sagesses-religions : bouddhisme et confucianisme en Chine, Corée, Japon…

o       monothéisme (croyance en l’existence d’un seul dieu) :

§         judaïsme en Israël notamment et diaspora dans le monde entier

§         christianisme en Europe et en Russie, dans le Sud de l’Afrique, en Amérique et en Océanie

§         islam au Moyen-Orient, en Asie centrale, en Indonésie et dans le Nord de l’Afrique

2)     les grandes cultures :

o       domination de la culture occidentale, qui s’est planétarisée : Europe, Russie, Amériques, Océanie

o      culture chinoise : Chine, Corée, Japon et péninsule indochinoise et diaspora mondiale

o      indienne : Inde, Bengladesh

o      mélanésienne : Asie du Sud-Est, Océanie et Pacifique

o      arabo-musulmane : Moyen-Orient, Asie centrale, Indonésie, Nord de l’Afrique

o      noire-africaine : au Sud du Sahara

o      améridienne : Amérique

o      inuit : Arctique.

 

Remarque : L’universitaire américain, Samuel Huntington, aujourd’hui disparu, prophétisait, de manière exagérée, un « choc des civilisations ».

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

juju 20/01/2011 09:20


je travaille dessus moi aussi


histege 20/01/2011 12:44



Bonne continuation et bon courage pour le travail alors. Histege