Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Naissance du monde musulman - 5e - 2010

21 Septembre 2010 , Rédigé par histege Publié dans #Cours de base

 

NAISSANCE DU MONDE MUSULMAN

 

 

    Vous pouvez également consulter le cours suivant : Naissance du monde musulman - 5e - 2010

 

 

Chap 1 p 8-29

 

I.                  DES CONQUETES RAPIDES, VASTES ET DURABLES – L’exemple de la Palestine et de la Syrie

 

Questions p 11

 

1)      L’empire byzantin domine la Palestine et la Syrie au début du VIIe siècle avant la conquête arabe.

2)      L’historien Al-Baladhuri désigne les Arabes comme musulmans. Ils suivent la religion de l’islam.

3)      Les Arabes combattent d’abord avec des dromadaires (méharées), puis de plus en plus avec de la cavalerie, dont la principale force est la mobilité. Ils sont armés de sabres, d’arcs, de lances et de boucliers. (Certains chevaux sont encarapaçonnés).

4)      La bataille de Yarmouk (636), en Syrie, est remportée par les Arabes sur les Byzantins.

5)      Les habitants de Homs proposent aux musulmans de repousser l’armée byzantine. Plus tard, apprenant le résultat de la bataille de Yarmouk, ils ouvrent les portes de la ville aux musulmans, dans une ambiance de fête.

6)      Les Arabes se montrent tolérants avec les populations conquises : respect des personnes, des propriétés et de la religion chrétienne (car celle-ci affirme aussi qu’il n’existe qu’un seul dieu). En échange, ils exigent un impôt (capitation).

Le sens de la nuance : les garanties apportées par ‘Umar (calife de 633 à 644) ne sont pas appliquées à la lettre dans la réalité. Les actes de violence sont nombreux.

 

Bilan :

         L’importance des conquêtes s’explique :

- enthousiasme des Arabes pour leur nouvelle religion : djihad (guerre sainte) pour étendre l’islam. Supériorité militaire de la cavalerie arabe et qualité des généraux.

- faiblesse relative des adversaires (Byzantins, Perses…) et volonté des populations (Syrie…) qui voient dans les Arabes des « libérateurs »

- relative tolérance religieuse pour les peuples vaincus, notamment les juifs et les chrétiens, mais pas pour les polythéistes et les animistes.

 

è    frise chronologique

 

islam---frise-chronologique-2.jpg

 

è    carte de la formation du monde musulman.

Muhammad fait la conquête d’une grande partie de l’Arabie. Après lui, le monde musulman est gouverné par des califes (« successeurs » de Muhammad ; ils ont le pouvoir politique et religieux). Les 4 premiers étendent la conquête (Palestine, Syrie, Egypte, Perse). La dynastie des Omeyyades étend rapidement les conquêtes (Maghreb, Espagne…). Les conquêtes ralentissent avec la dynastie suivante, les Abbassides et prennent fin vers 750.

Remarque : le bouleversement territorial induit par l’islam est le plus considérable du Moyen-Âge. La plupart des territoires alors conquis sont encore aujourd’hui dans l’aire musulmane.

 

II. MUHAMMAD FONDE UNE NOUVELLE RELIGION

 

La lecture de l’historien Tabarî nous apprend :

1)      Les événements ont lieu le lundi 18 du mois de ramadan 610.

2)      Ils se placent sur le mont Hira, à La Mecque, en Arabie.

3)      Muhammad est un Arabe de La Mecque, né vers 570 et mort en 632. D’une riche tribu (les Beni Hashim), orphelin très tôt, il est élevé par son oncle et doit bientôt travailler, notamment comme caravanier. Il passe au service de Khadidja, qu’il finit par épouser.

4)      Il rencontre l’ange Gabriel, que dieu envoie régulièrement aux prophètes hébreux, puis chrétiens et à Muhammad.

5)      Gabriel est envoyé par le dieu unique, Allah.

6)      Gabriel annonce à Muhammad :

-         qu’il n’existe qu’un seul dieu, Allah

-         Muhammad est choisi pour être le prophète d’Allah

-         Muhammad doit avertir les Arabes et les amener à suivre la nouvelle religion.

7)      Muhammad est épouvanté, angoissé, craint de devenir fou et d’être possédé (par le démon). Il veut mettre fin à ses jours. Il craint le plus Gabriel (mais aussi le démon).

8)      Muhammad est désigné par les termes :

-         prophète = homme choisi par une divinité pour être son porte-parole auprès des hommes

-         apôtre : disciples (élèves), messager, propagateur...

9)      Muhammad doit répandre la nouvelle religion : convertir (faire changer de religion) les Arabes.

10) Sa femme Khadidja le réconforte et le soutient.

11) Waraqa (fils du savant chrétien Nawfal) :

-         donne l’identité de l’ange Gabriel et relate son rôle d’intermédiaire entre dieu et les prophètes (hébreux, puis chrétien)

-         décrit l’attente d’un prophète adressé aux Arabes ; Muhammad semble convenir aux signes attendus.

12) Les deux premiers à croire en la mission de Muhammad : Khadidja et Ali (son neveu).

13)  Schéma de l’événement :

 

dieu

Allah

 

 

 

 ange

Gabriel

 

 

 

prophète

Muhammad

 

 

 

peuple

Arabes

 

14) Cet événement est une révélation.

15) La religion nouvelle prend le nom d’islam (religion musulmane).

 

III. QU’EST-CE QUE L’ISLAM ?

 

musulman (arabe : muslim) : croyant de l’islam.

 

C’est une religion monothéiste, avec un dieu unique, Allah. L’islam se présente comme la suite ou le complément du monothéisme juif, puis du monothéisme chrétien, ou mieux comme l’achèvement du monothéisme.

Esprit critique es-tu là ? Il est possible de voir ces trois religions comme des éléments ou des étapes d’une longue histoire, celle du monothéisme… une seule religion ?

En second lieu, c’est une religion fondée sur le prophétisme : Muhammad se désigne comme le dernier des prophètes. Tous les prophètes précédents sont valables :

- hébreux/juifs : Adam… Abraham… Moïse…

- chrétiens : Jean-Baptiste, Jésus.

L’islam reconnaît la religion juive et la religion chrétienne (à quelques éléments près : pas de Trinité…), et donc la Bible. Mais, il pense que l’accomplissement, c’est être musulman.

 

  Les révélations successives faites à Muhammad ont été mises par écrit une trentaine d'années après sa mort pour former le Coran (= "récitation" en arabe) :

     - ensemble des paroles d'Allah (transmises successivement par l'ange Gabriel à Muhammad)

     - devenu le livre sacré des musulmans.

     - devenu (avec d'autres textes religieux, les hadiths) la base de la religion, de la loi religieuse (sharia) et de la vie sociale des musulmans.

  

Un musulman doit suivre les 5 piliers :

-         prier 5 fois par jour en direction de La Mecque. 

-         profession de foi : croire en l’existence d’un dieu unique, Allah et en la prophétie de Muhammad

-         charité : donner aux pauvres

-         carême (ou jeûne) : ne pas manger, ni boire du lever au coucher du soleil pendant le mois du ramadan

-         pèlerinage : faire, si possible, au moins une fois une visite religieuse à La Mecque

 

Les musulmans croient au jugement dernier, au paradis et à l’enfer…

 

    Le culte se pratique dans un bâtiment religieux, appelé mosquée :

è    schéma de la mosquée de Kairouan

 

IV. UN GRAND DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET CULTUREL

 

, qui devient le cœur du commerce mondial. Les marchands s’enrichissent et les villes se développent.

 

1. Le développement du commerce et des villes

 

         L’empire musulman contrôle le passage entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique et bénéficie d'une position de carrefour. Il devient le cœur du commerce mondial. Il s’enrichit grâce au commerce. Grâce au commerce, les villes (médinas en arabe) s’enrichissent et se développent. Des villes nouvelles sont créées (Bagdad, Kairouan, Le Caire…).


Le cas de Bagdad :

-         créée en 762 selon un plan géométrique : « ville ronde »

-         connaît une grande extension en suite comme capitale de l’empire

-         quatre fonctions principales :

        - centre politique : palais où résident le calife et le gouvernement

        - centre religieux : grandes mosquées

        - centre intellectuel :universités religieuses (madrasas)

                - centre commercial : souks (marchés couverts où les boutiques sont regroupées par spécialité).

 

2. L'humanisme arabe

 

C'est une période de dynamisme culturel. Les savants musulmans :

1) recueillent l’héritage culturel des Grecs (mathématiques, philosophie — en particulier Aristote —, médecine), des Romains (médecine), des Persans et font des emprunts à l’Inde (mathématiques : les chiffres « arabes » sont en réalité indiens, astronomie, mysticisme), la Chine (papier, boussole, poudre…).

2) réalisent de grands progrès scientifiques : 

-         mathématiques : usage du zéro, algèbre

-         astronomie : étude de la lune et des étoiles, calcul de la circonférence (terre ronde)

-         médecine : pratique de l’anesthésie, de la ligature des artères (pour bloquer les hémorragies), opération des yeux (cataracte…).

-         géographie : Al-Idrisi rédige le premier livre de géographie sur l’Europe ; Ibn Battuta (voyageur qui parcourt une part importante de l’Afrique, de l’Asie et de l’Europe)

-         histoire : elle se développe, en particulier avec Ibn Khaldun ui cherche à expliquer les événements et les conduites des hommes de manière rationnelle

-         philosophie : Al-Ghazzali, Averroès.

3) diffusent les progrès techniques :

-         noria : roue à aube qui permet d’amener l’eau à un niveau plus élevé pour assurer l’irrigation de terrains jusqu’alors incultes

-         usage de la boussole, du gouvernail d’étambot et de l’astrolabe pour les déplacements terrestres et la navigation maritime.

4) sont à leur tour l’objet d’emprunts, notamment de la part des Européens, à travers l’Empire byzantin, l’Italie du Sud et l’Espagne. Les langues européennes, particulièrement l’espagnol, en portent la trace. Le français compte près de 2500 mots d’origine arabe : sucre, café, tasse, magasin, jupe, abricot, alcool, coton, gazelle, zéro, chiffre, orange…

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article