Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La période révolutionnaire 1789-1815 - France

30 Janvier 2011 , Rédigé par histege Publié dans #Cours de base

 

LA PERIODE REVOLUTIONNAIRE

1789-1815

 

chap 4 p 58-93

chap 5 p 94-109

 

I. LE DECLENCHEMENT DE  LA REVOLUTION

 

     En 1789, Louis XVI est un roi de France absolu. Mais, il y a une crise :

         - politique : les philosophes contestent la monarchie absolue

         - financière : l'état royal est fortement endetté depuis plusieurs années, car les dépenses sont supérieures aux recettes.

        - frumentaire : la situation est aggravée par les mauvaises récoltes en 1787-1788.

 

      Pour résoudre les problèmes d'argent, le roi décide de réunir les Etats généraux : assemblée de délégués des 3 ordres.

     Des élections sont organisées partout en France. Pour connaître la situation, le roi demande aux Français d'exprimer leurs doléances (plaintes, réclamations...). Plusieurs dizaines de milliers de cahiers de doléances sont rédigées.

     Chaque ordre a droit à 300 délégués. Le Tiers-Etat (« peuple ») s'estime sous-représenté. Le roi finit par accepter de doubler le nombre. Au total :

          - clergé : 300 délégués

          - noblesse : 300

          - Tiers-Etat : 600.

 

      Le 5 mai 1789 : ouverture des Etats-Généraux. Le roi demande une augmentation des impôts. Les 3 ordres sont déçus. Le Tiers-Etat réclame :

           - une diminution et une suppression de certains impôts

           - une réforme de l'organisation politique (une plus grande participation des 3 ordres aux décisions politiques).

 

 

      Le roi et la majorité des députés ne s'entendent pas. Les députés du Tiers-Etat avec quelques représentants du clergé et de la noblesse se réunissent dans une autre salle : la salle du jeu de paume.

           - le 17 juin : les députés se transforment en assemblée nationale : naissance de la souveraineté populaire qui concurrence celle du roi

            - le 20 juin : les députés prêtent serment de ne jamais se séparer tant qu'ils n'ont pas rédigé une constitution pour la France.

 

      Le roi donne l'ordre aux troupes d'encercler Paris et de se préparer à intervenir. Une partie des Parisiens se soulève pour défendre les députés.

 

      Certains d'entre eux s'emparent d'une prison-forteresse la Bastille le 14 juillet 1789 : elle va symboliser la fin de l'arbitraire royal.

 

      Les événements parisiens commencent à être connus en province, mais de manière déformée. Ils déclenchent une grande peur dans de nombreuses régions. Des paysans s'attaquent aux biens du roi, des nobles et de l'Eglise. Certains châteaux sont incendiés et en particulier les terriers (actes de propriété). Certains nobles doivent fuir : les émigrés.

 

 

     La plupart des députés sont des propriétaires et prennent peur. Dans l'espoir de mettre fin aux destructions, le duc d'Aiguillon et le vicomte de Noailles proposent que le clergé et la noblesse abandonnent leurs privilèges. La proposition est finalement votée dans la nuit du 4 août :

           - abolition des privilèges

           - naissance de l'égalité des droits en France (les Français deviennent des citoyens).

 

      Le roi refuse de signer les lois prises par l'assemblée nationale. Début octobre des Parisiennes vont le chercher à Versailles et l'obligent à s'installer dans l'ancien château royal des Tuileries dans Paris.

 

 

II. LA MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE

 

     Les députés révolutionnaires mettent en place progressivement une France nouvelle.

 

     Des principes nouveaux :

            - égalité (donc des citoyens)

            - libertés (voir éducation civique)

            - souveraineté populaire : le peuple (= ensemble des citoyens) est souverain

            - séparation des pouvoirs.

Ces principes sont définis dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen : 26 août 1789. La déclaration est en fait l'introduction à la constitution :

            - loi fondamentale qui définit l'organisation du pouvoir et les droits et les devoirs du citoyen. 1re fois en France.

            - adoptée en 1791.

 

      Une organisation politique nouvelle :

     Doc 2 p 66 : le pouvoir n'est plus absolu, il est partagé en deux :

            - le roi est le chef du pouvoir exécutif, nomme les ministres et peut refuser de signer les lois (droit de veto)

             - l'assemblée nationale a le pouvoir de voter les lois et contrôle le budget. Les députés sont élus par les citoyens riches (suffrage censitaire). Les femmes et les pauvres sont exclus : c'est l'arrivée au pouvoir de la bourgeoisie.

             - les juges sont élus.

La France est devenue une monarchie constitutionnelle.

 

       Une nouvelle organisation administrative doc 1 p 68

      83 départements remplacent les anciennes provinces accusées de soutenir le roi : noms de fleuves, de montagnes... égalité administrative pour tous les Français.

 

      Une nouvelle justice

     Les juges sont élus : on n'achète pas sa charge.

 

      Une nouvelle finance

     Le manque d'argent continue :

            - égalité devant l'impôt (tous les citoyens le paient)

            - création d'une monnaie de papier, l'assignat, garanti sur la vente des biens de l'Eglise, désormais biens nationaux.

 

      Une nouvelle économie

            - les douanes intérieures à la France sont supprimées

            - loi Le Chapelier : liberté d'entreprise, du travail et du commerce. Liberté pour les patrons mais non pour les ouvriers : pas le droit de se réunir, de manifester, de faire grève, de former une corporation (« ancêtre du syndicat »).

            - droit de clôturer son champ

            - nouvelles unités de mesure : mètre, gramme, stère (volume), litre...

            - une nouvelle monnaie : le franc

 

      Une nouvelle organisation religieuse

            - liberté religieuse

            - les religieux (clercs) doivent accepter la Constitution civile du clergé : sortes de fonctionnaires de l'Etat (ne supportent pas cela).

 

      Le roi n'accepte pas les décisions de l'assemblée, ni qu'on s'en prenne à la religion, il fuit secrètement vers l'Autriche mais est arrêté à Varennes-en-Argonne et ramené à Paris en juin 1791. Son prestige personnel est touché.

 

 

III. LA PREMIERE REPUBLIQUE 1792-1799

     Doc 3 p 79 : La constitution étant adoptée, on élit une nouvelle assemblée, appelée convention. Les députés se répartissent en trois groupes politiques :

           - les Girondins, sous la direction de Brissot et Vergniaud : ce sont des modérés qui veulent avant tout défendre le pays, ne pas juger le roi et qui craignent le peuple

          - les Montagnards  qui veulent aller plus loin dans la Révolution, veulent condamner le roi et accorder plus de droits au peuple (égalité réelle, partage des richesses, droit de vote).

          - la Plaine ou le Marais qui hésitent entre les Girondins et les Montagnards.

 

     Les Girondins dominent d'abord. Des sans-culottes (définition p 71) veulent juger le roi et attaquent le château des Tuileries le 10 août 1792 (doc 6 p 67). Les Autrichiens et les Prussiens envahissent l'Est du pays (carte 1 p 70), mais sont arrêtés à Valmy le 21 septembre (tableau 2 p 78) : victoire qui va servir à glorifier la France comme nation révolutionnaire.

     22 septembre 1792 : proclamation de la République (fin de la monarchie).

 

     Louis XVI est jugé et condamné à mort (décembre 1792), puis guillotiné le 21 janvier 1793.

 

     Carte 1 p 71 : les monarchies européennes se liguent contre la France. L'assemblée décide de lever 300 000 hommes. La Vendée (texte 2 p 70) et certaines villes (Marseille, Lyon...) se soulèvent pour défendre la royauté.

 

     Accusés de mollesse par rapport au roi, les Girondins sont arrêtés, jugés et guillotinés. Les Montagnards dominent désormais (juin 1793-juillet 1794) :

           - le Comité de Salut Public, dirigé par Robespierre (doc 9, 10 et 11 p 73) à Paris, relayé par des comités en province dirige la Révolution

            - le calendrier chrétien est supprimé et remplacé par un calendrier révolutionnaire (doc  4 p 71) : on veut déchristianiser la France

             - on installe une dictature révolutionnaire, basée sur la Terreur (docs 5, 6 et définition p 71, carte 4 p 79). Les royalistes, les prêtres réfractaires (doc 3 p 66) et les Révolutionnaires hostiles aux Montagnards sont traqués, jugés par des tribunaux révolutionnaires et exécutés. Certains Montagnards sont même guillotinés : Danton (docs 6, 7 et 8 p 73) et les « Indulgents ». Au total, la Terreur entraîne la mort de 15 000 personnes.

 

      Les autres députés prennent peur : Robespierre et les siens (Saint-Just...) sont arrêtés, jugés et exécutés le 27 juillet 1794.

 

       C'est au tour de la Plaine avec le Directoire de dominer la Révolution. L'abbé Sieyès met fin à la Terreur.

Schéma 5 p 79 : une nouvelle constitution est mise en place en 1795 :

            - le pouvoir exécutif est confié à 5 directeurs (Directoire)

            - deux assemblées (Conseil des 500 et Conseil des Anciens) ont le pouvoir législatif

            - le droit de vote est réservé aux riches (suffrage censitaire).  C'est le triomphe de la bourgeoisie modérée (propriétaires : docs 1 p 76 et 5 p 77).

 

      Mais des problèmes importants subsistent :

            - des révoltes royalistes, dont celle de 1795, brisée par le général Bonaparte (doc 3 p 76)

            - les Egaux, qui veulent une égalité complète entre les hommes sont arrêtés en 1796

            - les députés sont corrompus

            - les prix montent (graphique 2 p 76), ce qui entraîne, chômage, misère et brigandage.

 

     Tableau 6 p 77 : un jeune général, Bonaparte profite de la situation pour faire un coup d'Etat le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), mettre fin à la République et prendre le pouvoir.


IV. LA PERIODE NAPOLEONIENNE 1799-1814/1815

 

1)   L'Etat napoléonien

 

     1799 : à la suite du coup d'Etat, Napoléon crée un nouveau régime politique (ni la monarchie, ni la république), inspiré des Romains : le consulat, avec 3 consuls qui ont le pouvoir exécutif. En réalité, Napoléon, 1er consul, a tous les pouvoirs.

     Il rétablit le suffrage universel masculin, qu'il utilise pour renforcer son pouvoir, grâce à des plébiscites : élections à choix restreint dans lesquelles les électeurs répondent par oui ou par non à une question posée par le gouvernement. Bientôt, Napoléon se désigne consul à vie.

     En 1804 : changement de régime politique. Le 2 décembre, il se fait couronner et sacrer empereur par le pape à Paris (cathédrale Notre-Dame) :

      - il légitime (justifie) son pouvoir par dieu et la religion (comme les rois de France)

      - il se couronne lui-même (montrer qu'il ne tient son pouvoir ni de dieu, ni du peuple, mais de lui-même).

     - se réfère à l'empereur romain (voir son costume de sacre, avec la pourpre impériale), pour dépasser la monarchie et tenter de prendre la première place en Europe

     - le sacre est représenté par son peintre officiel David : représentation symbolique de la puissance impériale.

    Tout cela s'ajoute à la dimension plébiscitaire de son pouvoir (élection divine, élection populaire, auto-élection).

 

    Au sens du XVIIIe siècle, c'est un despote "éclairé".

 

     Deux régimes politiques :

           - 1799-1804 : consulat

           - 1804-1814/1815 : empire.

     Au total, un pouvoir personnel, militaire et dictatorial, avec une fiction démocratique.

 

2)   Une société centralisée et contrôlée


      Les structures de la France, marquées par une base monarchiste depuis plusieurs siècles et modifiées par la révolution, reçoivent de nouvelles modifications avec Napoléon.

Document du livre

Création de Napoléon

Date

Contenu de la mesure

Objectif

2 p. 80

Préfets

1800

Agents de l'Etat qui dirigent le département (levée d'impôt, recrutement de soldats, surveillance de la population)

Centraliser l'administration (application des décisions de Paris dans les départements)

4 p. 81

Lycées

1802

Enseignement et exercices militaires

Fournir les cadres civils et militaires de l'Etat

3 p. 80

Légion d'honneur

1802

Décoration

Distinguer l'élite favorable au pouvoir

1 p. 84

Noblesse d'Empire

1808

 

Eliminer la noblesse royale et distinguer une nouvelle noblesse qui soutient le régime impérial

 

Catéchisme impérial

1806

 

Chacun doit obéir à l'Empereur, à Dieu et à l'Eglise

6 p. 81

Concordat

1801

Signé entre l'empereur et le pape : catholicisme reconnu comme la religion de la majorité des Français, mais l'Etat nomme et paie les évêques et les curés

Rétablir la paix religieuse

3 p. 88

Rétablissement du culte israélite

1806

Autorisation de la religion juive

 

5 p. 81

Code civil

1804

Recueil de lois qui règlent les relations entre les individus (synthèse de lois romaines, germaniques, royales et révolutionnaires)

Bases de la société : famille (autorité du père), propriété, égalité devant l'impôt et égalité d'accès à toutes les charges 

3 p. 84

Censure

1805, 1810

Interdiction de journaux ou articles défavorables au régime

Contrôler la presse

4 p. 85

Livret ouvrier

1803

Document d'administration

Surveiller les ouvriers (grèves interdites...)

5 p. 87

Esclavage des Noirs

20 mai 1802

Rétablit l'esclavage des Noirs supprimé par la Convention le 14 février 1794

Favoriser l'économie coloniale française

5 p. 81

Franc germinal

1803

Nouvelle monnaie

Monnaie plus forte et plus stable

 

Banque de France

1800

 

 


     Conclusion : le régime napoléonien est une dictature militaire, autoritaire et de plus en plus monarchique. La société française est contrôlée. Napoléon met fin à la Révolution : il fait la synthèse entre la monarchie d'Ancien Régime (ordre) et la Révolution (garantie de l'égalité entre les Français), tout en jetant les bases de la France moderne pour longtemps.

V. LES TRANSFORMATIONS DE L'EUROPE


Contrôle de lecture.


    Je lis le chapitre 5 : Les transformations de l'Europe, p. 94-109 et je réponds aux questions suivantes :


     1) Les troupes françaises entrent dans Milan de manière (un adjectif) ...................... en 1796.


    2) Quand la France entre en guerre en 1792, elle déclenche une double réaction (2 mots) ................................ et ............................ Mais, elle finit par provoquer l'éveil du (1 mot avec son adjectif)  .......................   ............................ dans les pays qu'elle occupe.


    3) La carte de l'Europe en 1811 montre que des membres de la famille impériale (membres de la famille de Napoléon, lui non compris) gouvernent 4 Etats qui sont : a) .......................... b)....................................... c)............................... d)................................


    4) Quelle est la définition du sentiment national ? ............................................................

.................................................................................................................................


     5) L'année 1811 est (1 mot) l'.................... de l'empire napoléonien.


     6) Quelle est la plus célèbre victoire de Napoléon ? .........................................


     7) Quelle est la grande défaite de Napoléon ? .........................................


    8) Les 4 principaux vainqueurs de la France en 1815 sont :     a)............................ b).........................     c).................................... d)...................................


      9) Ils se réunissent avec la France pour signer le traité de (capitale) ...................... en (année) ..................

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article