Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Afrique - 5e

25 Septembre 2009 , Rédigé par histege Publié dans #Cours de base

 

L’AFRIQUE

 

géographie

chap 10 p 184-207

 

1)      L’Afrique est-elle un continent ? L’Afrique est un continent, car elle est entourée par des océans. Sa forme est compacte et massive.

2)      Quelle est la superficie de l’Afrique ? Sa superficie est de 30 millions de km².

 

I.                   UN CONTINENT FAIBLEMENT PEUPLE

 

1)      Je compare la population de l’Afrique par rapport au reste du monde (autres continents) ? L’Afrique est faiblement peuplée : plus que l’Océanie, autant que l’Amérique, mais moins que l’Europe et beaucoup moins que l’Asie.

2)      Je calcule la densité de la population en Afrique :

1 000 000 000 ÷ 30 000 000 = 33.5 hab/km². C’est moins que la moyenne mondiale (45 hab/km²).

3)      Je compare la densité de l’Afrique avec celle de la France qui est de 107 hab/km². L’Afrique est trois fois moins densément peuplée que la France.

 

La population est inégalement répartie.

4)      Quelles sont les zones de forte densité ? Les zones les plus denses sont le Golfe de Guinée, l’Afrique du Nord, la vallée du Nil, le Massif éthiopien, la région des Grands Lacs et le Sud de l’Afrique.

5)      Quelles sont les zones de faible densité ? Les zones les moins denses sont le Sahara, certaines parties de l’Afrique équatoriale et le Kalahari.

6)      A quels milieux naturels correspondent les zones de forte densité ? Les zones fortement peuplées forment des foyers de population, qui correspondent aux milieux naturels suivants : équatorial et tropical humide (savane) pour partie, méditerranéen et montagnard. Elles sont souvent liées à la présence de l’eau (littoral, grands lacs et vallées).

7)      A quels milieux naturels correspondent les zones de faible densité ? Les zones moins peuplées forment des déserts humains, qui correspondent aux milieux aride (Sahara et Kalahari), tropical sec (steppe) et, pour partie, équatorial (forêt dense : excès d’humidité).

 

II.                 L’EXPLOSION DEMOGRAPHIQUE

 

1)     Par combien la population totale de l’Afrique s’est-elle multipliée entre 1950 et aujourd’hui ? La population de l’Afrique passe de 200 millions à un milliard d'habitants. Les Africains sont devenus 5 fois plus nombreux en seulement 60 ans ; c’est pourquoi parle-t-on d’explosion démographique.

 

2)     Qu’est-ce qui explique l’augmentation rapide de la population en Afrique ? L’augmentation rapide de la population s’explique par la natalité la plus élevée au monde, (35 ‰ : 3 fois plus qu’en Europe : 10). Les femmes font beaucoup d’enfants : 4.5 enfants par femme en moyenne (contre 1.5 en Europe). Une deuxième raison est liée à une mortalité en baisse (13 ‰). Conséquence : l’accroissement naturel est le plus élevé au monde (22 ‰).

 

3)     Quelle est l’évolution de la population urbaine par rapport à la population totale de l’Afrique entre 1975 et aujourd’hui ? La majorité des Africains sont des ruraux (habitants des campagnes). Mais, la proportion des citadins (habitants des villes) augmente fortement, ce qui permet de parler, cette fois, d’explosion urbaine. Pourquoi ? Avec l’exode rural, de nombreux paysans s’installent en ville, où ils espèrent trouver des revenus par le travail. Conséquences :

-         les villes sont plus nombreuses et leur population augmente

-         les centres-villes deviennent plus denses et les banlieues s’étalent.

 

 

C.B.D.

(quartier d’affaires central)

quartier riche

quartier pauvre (« cité »)

habitat

grands immeubles et gratte-ciel

villas avec jardins ou parcs

- maisons, quelques immeubles à étages

- bidonvilles

activités

- services rares (banque, commerce, administrations, sièges sociaux d’entreprises…)

 

- actif le jour et désert la nuit

fonction résidentielle

- quelques zones industrielles

- marchés

- travail informel (« au noir »)

- forte animation jour et nuit

équipements

très équipé

très équipé

manque d’équipement (eau, électricité, voirie…)

sécurité

sécurité le jour, insécurité la nuit

surveillance (gardiens, chiens, caméras, barbelés…)

forte insécurité

population

cadres ou classes moyennes

bourgeoisie (riches)

pauvres et très pauvres

Organisation d'une métropole d'Afrique : Kinshasa
(République démocratique du Congo)
 


Les métropoles géantes des Etats pauvres sont appelées mégapoles et s’organisent en trois ou quatre parties distinctes (CBD = Central Business District ; quartiers riches ; quartiers pauvres ; bidonvilles). Coupées en ghettos pour riches et en ghettos pour pauvres, elles obéissent à une ségrégation à la fois sociale et spatiale, donnant à voir l’existence de plusieurs « villes » dans la ville.

III. UNE HISTOIRE DOULOUREUSE

 

1. Des cultures diverses

 

Le Nord de l’Afrique est peuplé de blancs. L’Afrique au Sud du Sahara est peuplée de noirs L’Afrique de l’Est est peuplée de métis (mélange de noirs, de blancs et asiatiques). En Afrique du Sud, il y a une minorité de blancs, d’origine européenne.

 

Remarques :

1)     tous les hommes, quels qu’ils soient, sont en réalité des métis

2)     tous les hommes, vu l’état des connaissances scientifiques actuelles, sont des Africains ou des descendants d’Africains.

        

Les trois religions principales sont l’animisme, le christianisme et l’islam. L’animisme est la religion traditionnelle de l’Afrique noire. L’animisme continue de reculer face aux progrès de l’islam et du christianisme.

2.     La marque de l’esclavage et la colonisation

 

Une partie des noirs ont été longtemps victimes de l’esclavage : l’esclave perd totalement la propriété de son corps et sa liberté au profit d’un maître. Traite entre noirs, non comprise, on estime, pour le moment, à environ 23,5 millions le nombre des victimes de la traite :

- traite transsaharienne : 32 % par les Arabes musulmans depuis le VIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle.

- traite atlantique : 50 % par les Européens, y compris les Français, de 1450 à la fin du XIXe siècle. On estime qu’au moins 12 millions de noirs ont été déportés en Amérique, où ils sont soumis à des travaux forcés.

- traite orientale : 18 % depuis le VIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle.

 

Presque toute l’Afrique a été dominée et colonisée par les Européens, surtout les Anglais et les Français à partir du XIXe siècle. C’est la colonisation. La plupart des pays d’Afrique ne sont devenus libres qu’à partir des années 1960, parfois à la suite de guerres d’indépendance contre les Européens.

3. Des États récents en proie aux conflits

 

Les États africains sont donc récents, nombreux et fragiles.

La politique raciste de la colonisation et les frontières qu’elle a créées ont souvent divisé les peuples (dans le cas de l’Afrique, notamment, on parle souvent d’ethnies).

Au Rwanda : la population est composée de trois peuples : les Hutu (90 %), les Tutsi (9 %) et les Twa (Pygmées 1%). Elles ont la même langue, le rwanda. Les deux tiers sont catholiques, 10 % protestants et 10 % musulmans. En avril 1994, le président du Rwanda est tué dans un attentat (avion abattu). Certains Hutu organisent alors un massacre général des Tutsi, qui devient un génocide, avec la mort de 800 000 à 1 000 000 de personnes. Les causes du génocide par les Hutu sont le racisme, le nationalisme et la volonté de contrôler les richesses et le pouvoir.

 

L’Afrique noire a connu de nombreuses guerres, qui ont entraîné des millions de morts et de réfugiés. La cause principale est liée aux frontières (que contestent des États et des peuples). Des tentatives pour faire des élections libres ont commencé dans certains États (début de la démocratie).

 

4. La famine et le sida

 

La famine est une des grandes causes de mortalité. La première est liée à la guerre du Biafra (1967-1970) au Nigéria, qui fait plus d’un million de morts. Par la suite, d’autres famines surviennent, liées à l’insuffisance de l’agriculture traditionnelle, à la sécheresse et aux guerres. Elles frappent surtout le Sahel, la Corne de l’Afrique et une partie de l’Afrique australe. Actuellement, une terrible famine sévit au Darfour (Soudan). Les aides alimentaires venant des États riches ne suffisent pas.

 

Le sida ­— il est apparu au Congo — a des conséquences effroyables. Deux malades du sida sur trois dans le monde se trouvent en Afrique noire ! Le Sud de l’Afrique est la région la plus touchée : près de la moitié de la population d’États comme le Bostwana, la Zambie… Le traitement des malades est largement au-dessus des capacités financières des Africains. Pour permettre de les soigner, les États africains luttent contre les laboratoires des pays riches pour fabriquer des médicaments génériques, beaucoup moins coûteux.

 

Vocabulaire

animisme : religion pour laquelle les esprits et les génies gouvernent la nature et les hommes.

colonisation : occupation, gouvernement et peuplement d’un territoire par un pays étranger.

ethnie : population qui a une langue et des coutumes communes (synonyme de peuple, mais, souvent de taille réduite ; bizarrement, cette notion tendancieuse est souvent réservée à des régions du monde, implicitement considérées comme « sous-développées »).

famine : manque général de vivres.

génocide : destruction complète d’un peuple.

traite des noirs : capture, déportation et commerce des noirs.

 

IV. UN CONTINENT EN MARGE DE L’ECONOMIE MONDIALE

 

     Carte de synthèse : les inégalités de développement en Afrique.

 

régions

alphabétisation

espérance de vie

indice développement humain

Afrique du Nord

moyen

moyen

moyen

Afrique sahélienne

très faible

faible

très faible

Afrique tropicale

moyen

faible

faible

Afrique australe

moyen

faible

moyen


     L’Afrique reste en marge de l’économie mondiale, en particulier en terme de développement économique et d’accès à la richesse.  À l’échelle mondiale :

        -  l’Afrique australe et l’Afrique du Nord ont un niveau de développement moyen

        - l’Afrique centrale est à dominante pauvre

        - l’Afrique sahélienne regroupe des États parmi les plus pauvres du monde.

 

     La situation est contrastée :

        - certains États connaissent une véritable régression (recul de l’espérance de vie… comme le Bostwana, par exemple).

        - certains secteurs économiques sont dynamiques (un indice : l’Afrique du Sud organisera la coupe du monde de football en 2010) ; le micro-crédit commence à se développer ; nombre d’Africains montrent beaucoup d’ingéniosité avec des moyens réduits.



Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article