Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le monde grec - histoire - 6e

14 Décembre 2009 , Rédigé par histege Publié dans #Cours de base

 

LE MONDE GREC

 

Chap. 2 p. 30-47

 

I. UN MONDE DE CITES 

 

 

1° Un milieu méditerranéen, entre mer et montagne 

 

Le monde grec a un relief morcelé :

-        plaines étroites et beaucoup de montagnes

-        importance des îles, des presqu’îles et de la mer (Thalassa).

C’est un milieu méditerranéen, marqué par la caractère montagnard et martime.

 

2. L’hellénisation du pays

 

Le peuplement du pays est ancien. Deux peuples l’envahissent et lui donnent son nom, Hellas (nom moderne : Grèce) et son caractère. Ce sont donc des Hellènes (Grecs) :

- vers 2000 avant J-C : les Achéens

- vers 1200 avant J-C : les Doriens.

Sous les Achéens, plusieurs royaumes se forment. Les civilisations minoenne, en Crète, puis mycénienne, à Mycènes, dominent.

 

3. Une organisation politique commune : la cité

 

      À partir de 800 avant J-C, une nouvelle organisation politique apparaît : la cité ou polis (en grec, poleis) : État de petit taille. Il y en a près de 1 200, par exemple : Mycènes, Argos, Corinthe, Sparte, Thèbes, Athènes, Milet…

 

      Pour plusieurs raisons (dont l’insuffisance des ressources), une partie des Grecs émigrent dans d’autres régions : c’est la colonisation, au VIe siècle, autour de la Méditerranée et de la mer Noire.

   Monde grec antique - carte en allemand.jpg

 carte du monde grec antique (en allemand)

source : http://de.academic.ru/pictures/dewiki/65/AntikeGriechen1.jpg

 

Une cité-colonie : Massalia (Marseille) 

 

Pour lire les principaux récits qui exposent la fondation de Marseille : Récits de la fondation de Massalia - Marseille - une cité grecque - 6e

 

 

 

Marseille - maquette - complétée 8 bit

Massalia : maquette de la Marseille grecque,

réalisée d'après les fouilles de 1967, exposée au Musée d'histoire de Marseille 

 

L'exemple de Massalia (Marseille), dossier p. 32-33.

1.       Massalia est fondée en Gaule du Sud, à l’embouchure du Rhône, par des Grecs originaires de la cité de Phocée.

2.       Les Grecs ont obtenu un territoire, car la fille du roi gaulois des Ségobriges a choisi un des deux chefs grecs, Protis, comme fiancé.

3.       Les Gaulois de la région s’opposent à l’installation des Grecs et jalousent leur prospérité (ville…).

4.       Massalia a toutes les caractéristiques d’une cité grecque : temples (d’Apollon et d’Artémis), agora, théâtre, remparts avec une porte d’entrée principale, le port du Lacydon.

5.       Toute cité grecque a une divinité poliade, c’est-à-dire protectrice de la cité. Pour Massalia, c’est la déesse Artémis (voir monnaie et temple).

6.       L’activité principale est le commerce comme le prouvent l’épave du navire et le port du Lacydon.

7.       Les Grecs auraient apporté aux Gaulois :

o       la culture de la vigne et de l’olivier

o       constructions urbaines (ville et remparts)

o       une vie « plus raffinée » selon les Grecs.

 

     Hérodote (géographe et historien originaire d'Halicarnasse, une cité grecque d'Asie Mineure) raconte que des Phocéens ont émigré, avec leurs familles, leurs biens et les statues des dieux. Ils ont juré de ne jamais revenir dans leur cité-métropole (« mère »), Phocée, en Asie Mineure. Justin (historien romain plus tardif) raconte, à son tour, qu’ils arrivent dans le delta du Rhône. Le roi gaulois du pays passe une alliance avec eux (il donne sa fille en mariage à un des deux chefs de l’expédition) et leur accorde un territoire. Les Phocéens y créent une cité-colonie vers 600 avant J.C. du nom de Massalia (Marseille). Celle-ci a les fonctions et les caractères de la cité grecque : littoral avec un port, une ville et une campagne entourée de fortifications. La ville compte plusieurs temples, une agora (place centrale) et un théâtre.


III. UNE CULTURE COMMUNE

 

Divisés politiquement en cités, les Grecs ont cependant une culture commune : langue, religion, coutumes. Ils ont un vif sentiment de leur appartenance commune, notamment par rapport aux barbares (barbaroi : non-grecs). 

 

L’Iliade et l’Odyssée

 

Homère est un poète (aède) grec, souvent représenté comme aveugle et âgé. On connaît peu de choses sur sa vie. On le considère comme l’auteur principal (avec d’autres) de deux longs poèmes épiques de plusieurs milliers de vers, mis par écrit vers 750 avant J.-C. :

- l’Iliade : 24 chants qui racontent la guerre de Troie qui oppose les Grecs (Achéens) aux Troyens (ville de Troie ou Ilion en Asie Mineure) et qui dure 10 ans. Elle se termine par l’épisode du cheval de Troie, sur une idée d’Ulysse. La ville est anéantie, la population massacrée ou réduite en esclavage. Quelques uns seulement s’échappent, dont Enée (qui sera à l’origine des Etrusques et des Romains).

   

le-temps-d-Hom-re-BD-1.jpg
le-temps-d'Homère-BD-2.jpg
 

- l’Odyssée : 24 chants qui racontent les aventures d’Ulysse à la suite de la guerre de Troie : voyage de retour qui dure 10 ans. Par la ruse (l’intelligence), il triomphe de tous les dangers. C’est lui, inspiré par Athéna, qui met au point la ruse du cheval de bois, qui entraînera la prise de Troie. Ulysse incarne l’idéal de l’homme grec.

le retour d'Ulysse-BD-1.jpg
le-retour-d-Ulysse-BD-2.jpg

Dans ces chants, interviennent les rois et leurs peuples, ainsi que les dieux. Parmi les rois-héros : Agamemnon, chef de l’expédition, Achille surtout, Ajax, Ménélas, Ulysse pour les Grecs, Hector surtout, Pâris et Priam pour les Troyens. Parmi les dieux, Héra, Héphaïstos, Poséidon et Athéna soutiennent les Grecs, Apollon, Arès et Aphrodite viennent en aide aux Troyens. Zeus cherche à rester neutre, inquiet surtout de conserver son trône. Ces chants forment la base de l’éducation de l’homme grec.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Heureux qui comme Ulysse...

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas ! de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

Plus mon Loir gaulois que le Tibre Latin
Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur Angevine.

 

Joachim Du Bellay(1522-1560)

 

Heureux qui comme Ulysse...

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison, Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village,
Fumer la cheminée et en quelle saison

Mais quand reverrai-je, de mon petit village, fumer la cheminée et en quelle saison,
Mais quand reverrai-je ?

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?
Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

Plus mon Loir Gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin, Et plus que l'air marin la douceur angevine.

Mais quand reverrai-je, de mon petit village, fumer la cheminée et en quelle saison,
Mais quand reverrai-je ?

J'ai traversé les mers à la force de mes bras,
Seul contre les Dieux, perdu dans les marais
Retranché dans une cale, et mes vieux tympans percés,
Pour ne plus jamais entendre les sirènes et leurs voix.

Nos vies sont une guerre où il ne tient qu'à nous
De nous soucier de nos sorts, de trouver le bon choix,
De nous méfier de nos pas, et de toute cette eau qui dort,
Qui pollue nos chemins, soit disant pavés d'or.

Mais quand reverrai-je, de mon petit village, fumer la cheminée et en quelle saison, mais quand reverrai-je ?

Mais quand reverrai-je ?
Mais quand reverrai-je ?
Mais quand reverrai-je ?
Mais quand reverrai-je ?

 

Ridan

 


 

La religion

 

      Les Grecs sont polythéistes. Les dieux et déesses forment une famille, unpanthéon(terme grec) et habitent sur le mont Olympe. Lesmythesracontent l’histoire des dieux (mais aussi des héros). Les dieux sont immortels et très puissants mais, comme les hommes, ils ont des sentiments, des qualités et des défauts. Ex : Héra est jalouse, Zeus est infidèle, Héphaïstos est laid et boiteux…

Les hommes cherchent à savoir ce que veulent les dieux. Comment ? Ils posent des questions aux dieux qui leur répondent par desoracles(paroles plus ou moins énigmatiques). À Delphes, Apollon répond par la bouche de sa prêtresse,LaPythie.

      Les familles et les cités honorent les dieux par des prières, des sacrifices, des processions (défilés religieux) et des fêtes. Ils leur construisent des temples.

 

Les Grecs croient également à l'existence dehéros, entre les hommes et les dieux:

   - soit,demi-dieu : enfant né d’une divinité et d’un homme(mortel).Ex : Héraklès, auteur des douze travaux, le héros le plus populaire chez les Grecs.

   - soit,un homme auteur d'exploits, ex : fonder une cité ou la protéger comme Thésée qui sauve les Athéniens en les débarrassant du Minotaure ; Œdipe, qui sauve les Thébains en les débarrassant du Sphinx.

 

Les Grecs se rassemblent particulièrement lors de fêtespanhelléniquesqui se tiennent dans dessanctuaires, lieux sacrés consacrés aux dieux. Les plus courues sont les jeux olympiques, les jeux delphiques, consacrés à Apollon, désormais le dieu le plus vénéré et les Panathénées, dédiées à la déesse Athéna.

 

 

LES PRINCIPAUX CONCOURS PANHELLENIQUES

en grec

en français (adjectif)

lieu

Olympia

olympiens

Olympie

Pythia

pythiques

Delphes

Isthmia

isthmiques

Corinthe

Néméa

néméens

Némée

 

 

 

ÀOlympie, les fêtes religieuses sont consacrées à Zeus, le roi des dieux et à sa femme, Héra, ainsi qu’au héros Pélops, réputé le fondateur de ces fêtes en776. Elles ont lieu tous les quatre ans et réunissent des athlètes venus de tout le monde grec : cela rappelle leur unité ; les guerres devant cesser pendant la durée des fêtes.

Il y a d’abord des processions et des sacrifices aux dieux, puis des concours sportifs. Le but est de tenter d’égaler les dieux. Les athlètes se mesurent à la lutte, au pugilat (combat aux poings), à la course, à la course de chars (la plus prisée), aux lancers de disque et de javelot etc. Le pentathlon réunit cinq épreuves. Les sportifs concourent nus, pour la gloire des dieux et de leur cité. Les vainqueurs reçoivent une couronne de laurier (olivier).


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mehdi 31/12/2015 10:51

Jcomprend rien

ERIC ET MARTIN 29/05/2009 22:36

LES GRECS C DLA MERDE

Jenifer 12/11/2014 23:32

regard ne dit pas sa petit chien ;tu connait rien merde

kipetshi 19/05/2009 13:20

ouou les grec c trop marrent